D’ombres et de lumières

Le noir et le blanc,

le jour et la nuit,

l’ombre et la lumière,

il est exactement question de cela ici.

Un évènement traumatique nous change deux fois.

La première nous change par sa noirceur, nous renfermant à nous-même et nous ramenant inlassablement à lui.

Et une seconde fois, lorsque nos ressources sont mises en lumière, on s’ouvre à la vie.

Regarder de près ce qui fait ombre en nous, c’est oser souhaiter se réparer, car chaque ombre renvoie à sa propre lumière ; c’est transcender cette noirceur en amour. 

N’est-ce pas là le sens de la vie ?

 

Passer de cette minuscule lueur intérieure à la lumière, s’y accrocher et ne plus se lâcher.

Ne plus se lâcher, car si notre vécu traumatique nous a porté à travers la dévalorisation de soi, des autres, du monde…

 

A présent ne plus se lâcher c’est passer un accord intime avec soi-même chaque jour, car on a repris notre pouvoir, que tout notre être s’est unifié. On est revenu dans notre vie, dans notre corps.

Regarder avec le cœur

Corps
Coeur
Ame