Le trouble de stress post traumatique, au quotidien

On rit, on échange, tout semble vivre autour de nous, pourtant on sent cette tristesse. Elle est vécue de manière inexplicable et incompréhensible par l’ entourage. Ce qui plonge la personne dans la solitude.

 

On marche, on va au travail, on danse, on tient la main de celui ou celle qu’ on aime, pourtant sans raison, une colère intense nous submerge.

 

On adore cette petite boutique de bijoux, pourtant on n' ira plus, on va éviter des lieux, des gens, des situations, des discussions.

 

On part en vacances, on observe le monde, on boit un café avec un(e) copin(e), pourtant d’un coup on se sent figé(e) de l’intérieur, terrifié(e).

 

On fait les courses et pourtant on n’ est pas là, on se voit littéralement marcher à coté de soi.

 

La sexualité est harmonieuse pourtant elle peut devenir traumatique, on est capable de s’ éloigner de son corps, pour ne pas ressentir, ou s’ en servir comme une bombe, quelque chose en nous qui doit exploser provoquant une forme de libération (différent d’un orgasme).

 

On se balade en vélo, on écoute le bruit des vagues et pourtant des images, des scènes, des visages, une odeur issue de notre scénario traumatique va nous revenir intensément en mémoire et on va tout faire pour qu’ il disparaisse. D’ ailleurs on va comprendre qu’ il existe des moyens de s’ anesthésier émotionnellement et physiquement quand la souffrance est trop présente, l’ alcool étant un remède parmi d’ autres.

 

D’ un point de vue extérieure, on peut sembler serein(e) pourtant de manière générale, notre langage intérieur est hautement dévalorisant, où la honte et la culpabilité culminent au plus haut point. Notre vision du monde, des autres, de nous, se forme sur de la colère, de la haine, de la tristesse, une absence de confiance, dénuée d’ aspect positif. Cela devient alors notre réalité quotidienne.

 

Toutes les sphères de la vie sont impactées, en fait, que notre vie soit formidable ou pas ; de toutes manières, on le sait, il manque quelque chose donc on cherche…On cherche des réponses sur nous, sur le monde, sur le sens de la vie…On recherche de l’ aide.

 

Une situation banale se transforme alors en une crise d’ angoisse atroce, ces situations se multiplient générant une insécurité permanente ; même nos réactions deviennent incertaines, de nature calme on peut devenir extrêmement violent(e) par exemple. Stress et angoisse s’immiscent dans nos vies. Comme si à tout instant notre vie était menacée, on va développer une hyper-sensibilité, un grand contrôle, tout ce qui va permettre d’ être sur nos gardes.

A force, on s’ y habitue, on ne pourrait pas dire le jour où tout a commencé, on se dit que cela provient de nous…qu’ on est comme ça !

 

Et si, ces sensations engluantes ne découlaient pas de notre personnalité ?  

Et si, ce que nous avons vécu malgré nous, nous avait transformé(e)s ?

Et si, tout cela était les conséquences normales d’une situation anormale ?

Et si, on pouvait se récupérer ?

Et si, nous faisions la découverte de qui nous sommes ?

Corps
Coeur
Ame